La Banque mondiale exige plus de rigueur

En prenant la parole, ce jeudi, à l’occasion de la cérémonie de signature de l’Appui budgétaire portant sur 104 milliards de francs Cfa, la Directrice des opérations de la Banque mondiale, Louis Cord, a salué les performances de l’Economie sénégalaise. Selon elle, ces performances doivent encourager les autorités à poursuivre leurs efforts dans l’avancée des réformes structurelles, telles que définies dans le PSE. Mais, à son avis, « le maintien des taux de croissance élevés de l’Economie sénégalaise va nécessiter encore plus de rigueur pour éliminer les goulots d’étranglement qui restent dans ces secteurs-clés et continuer à promouvoir la croissance inclusive ».

A en croire Louis Cord, l’appui budgétaire consenti par la Banque mondiale salue les efforts visant à renforcer les fondements politiques, institutionnels et financiers de l’économie numérique. « Les mesures prises pour généraliser le recours aux différentes formes de télé-paiement pour les recettes et dépenses de l’administration publique sont particulièrement importantes. Elles doivent permettre d’améliorer le climat des affaires, l’efficacité et la transparence de l’administration, mais également stimuler le marché des services financiers numériques. En effet, les TIC et l’Economie numérique sont essentiels à la compétitivité et à la transformation économique du Sénégal, un objectif majeur du PAP2 du Plan Sénégal Emergent », a déclaré la Directrice des Opérations de la Banque mondiale. Qui rappelle que lors du dernier groupe consultatif à Paris, le Sénégal été la Banque mondiale avait signé deux accords de financements.

L’un est un projet en faveur de la Petite Enfance pour un montant de 75 millions de dollars (environ 43 milliards de francs Cfa). Un projet qui va permettre le développement précoce des capacités de plus 200.000 enfants de moins de 5 ans qui fréquentent les écoles maternelles, les Cases des tout-petits et les Daaras (écoles coraniques). Le deuxième projet porte sur l’Employabilité des Jeunes à travers l’apprentissage non formel au Sénégal pour un montant de 53 millions de dollars (soit près de 30,4 milliards de francs Cfa) qui va cibler plus de 20.000 apprentis et 400 maitres-apprentis.

Please follow and like us: