Malgré son limogeage Siré DIA, le syndicat de la Poste dénonce ses décisions illégales

 Le Syndicat National des Travailleurs des Postes et Télécommunications (SNTPT) a fait face à la presse ce lundi pour dénoncer les actes de nominations et de reclassements pris par le DG sortant, Ciré Dia, un peu après son remplacement par Abdoulaye Bibi Baldé. Une situation qui risque d’avoir des impacts graves sur la vie de l’entreprise. Aussi, les camarades d’Ibrahima Sarr appellent les autorités à faire prendre les mesures pour organiser la passation de service dans les meilleurs délais.

« Le mercredi 24 avril 2019, le président de la République a pris en conseil des Ministres la décision de nommer M. Abdoulaye Bibi Baldé, Directeur général de la Société Nationale La Poste, en remplacement de M. Siré Dia, appelé à d’autres fonctions. Presqu’un mois après cette décision, la Poste est toujours dans une situation de latence du fait de l’attente de la passation de service. Ce qui a pour conséquences d’installer notre entreprise dans une crise d’initiative et d’autorité qui se manifeste par l’absence de projets d’envergure et de sérénité des travailleurs » regrette le SNTPT.

C’est pourquoi, le Comité sectoriel Poste du Syndicat des Travailleurs des Postes et des Télécommunications (SNTP) interpelle les autorités étatiques sur cette situation inédite qui expose leur entreprise et installe un climat social défavorable à un travail serein et motivant.

« Cette situation est d’autant plus préoccupante que depuis la publication de la décision de nomination d’un nouveau Directeur général, le DG sortant continue de prendre des actes à très forte incidence financière qui impacteront négativement sur la viabilité de l’entreprise. Il s’agit principalement de recrutements massifs sans le visa du contrôle de gestion qui est chargé de vérifier la régularité et la conformité de toutes les décisions à incidence financière », dénonce-t-il.

Selon le SNTPT, il est inconcevable et inacceptable qu’un Directeur général sortant continue de recruter en masse au mépris de la bienséance et des réserves fondées des services de contrôle de gestion.

Les membres de ce syndicat disent être au regret de constater une floraison, dans cette période intermédiaire, de décisions de reclassement à titre exceptionnel et dérogatoire au mépris des articles 95 à 97 des accords Collectifs d’Entreprise de la Poste. Ils informent que l’article 95 desdits Accords stipule que « la promotion d’un Agent découle : soit de la réussite à un test professionnel ou direct organisé par la Pose (…), soit de l’existence d’un emploi vacant, nouvellement créé ou réévalué ».

Ces décisions de reclassement pris en faveur de certains agents ne répondent à aucune des ces conditions et constituent donc une violation flagrante des textes qui encadrent le pouvoir du Directeur général.

Ainsi le SNTP dénonce ces décisions qui, non seulement sont abusives mais émanent d’un désormais ancien Directeur général chargé simplement d’assurer la gestion des affaires courantes et urgentes en attendant l’installation de son remplaçant.

Le SNTPT exige la suspension immédiate de ces actes illégaux qui impacteront lourdement sur l’avenir de la Poste, un avenir déjà assombri par les velléités de restructuration pour des raisons de difficultés financières. Il interpelle les autorités à faire organiser sans délai la passation de service et à sévir contre les agissements du DG sortant, qui non pressé de passer le témoin à son successeur, expose davantage notre entreprise par des actes à forte et négative incidence financière.

Please follow and like us: