Un dialogue s’impose au dialogue national et la commission cellulaire du dialogue politique.

Un présumé bras de fer opposerait le comité national du dialogue national à la commission cellulaire du dialogue politique.


La dualité entretenue au sommet par Famara Ibrahim Sagna et le général Mamadou Niang hypothèque la conduite du dialogue national », écrit à ce propos le quotidien EnQuête, soulignant que cette initiative du chef de l’Etat visant à apaiser le climat social « est parti pour se heurter à une guéguerre de légitimité entre le président de la Commission du dialogue politique et le président du Comité de pilotage du dialogue national ».
Toujours dans cette même perspective , interpellé par Sud quotidien, le journaliste et analyste politique Momar Diongue assure que les deux entités sont rattrapées par la précipitation du Président Macky Sall et certains acteurs de l’opposition à acter le report des élections. «La maldonne est partie de la logique qui a consisté à mettre la charrue avant les bœufs quand on a mis en place la Commission cellulaire sur le dialogue politique sans installer le Comité de pilotage du dialogue national. Car ce qui préoccupait le Président Sall et certains acteurs, y compris de l’opposition, c’était d’acter le report des élections locales».
Cependant le président du Comité de pilotage du Dialogue national brise le silence. Famara Ibrahima Sagna dément l’existence d’une supposée brouille entre le Comité de pilotage du Dialogue national et la Commission politique dirigée par le général Mamadou Niang.
Il ajoute dans cette même logique « qu’a ce stade, le Président de la République et moi n’avons jamais évoqué la réduction à zéro de la Commission politique actuelle par son intégration dans le décret portant organisation du Comité de pilotage, encore moins de son indépendance ou de son autonomie par rapport au Comité », précise-t-il dans Le Soleil.
Force est de constater que la commission cellulaire travaille depuis 8 mois et est arrivée à un certain nombre de conclusions et d’accords alors que le comité de pilotage vient juste d’être installé et a trois mois pour déposer ses conclusions. D’abord, cette antériorité pourrait justifier le fait que vraiment on sépare les deux parce qu’ils ne sont plus dans le même agenda, dans le même calendrier».

Aliou TAGOURLA ( Stagiare)

Leave a Comment