Le fossé entre les très grandes fortunes et le reste du monde dépasse l’entendement

‘’Quand les multinationales et les grandes fortunes ne payent pas leur juste part d’impôt, elles privent les États de ressources pour financer les services publics essentiels, comme la santé ou l’éducation. Les gouvernements doivent agir contre les inégalités avec des mesures de justice fiscale’’ c’est ce que dit le rapport de l’ONG Oxfam à la veille du forum économique qui se tiendra ce Mardi 21 Janvier à Davos (Suisse).

Le rendez-vous de l’élite économique et politique de la planète survient après une année 2019 marquée par de grands mouvements de contestations sociale à travers le monde. C’est dans ce sens que l’ONG Britannique détaille sur son rapport que la moitié de la population mondiale, soit près de 3,8 milliards de personnes, vit toujours avec moins de 5 dollars par jour.

Les causes de ces inégalités sont déterminées par certains comme ce fut le cas du porte-parole Oxfam France, Pauline Leclére affirme que : « Les inégalités indécentes sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde. Elles ne sont pas une fatalité mais le résultat de politiques qui réduisent la participation des plus riches à l’effort de solidarité par l’impôt, fragilisent le financement des services publics ». Toujours sur le rapport, l’ONG donne des faits choquants sur ces inégalités : « le nombre de milliardaires n’a jamais été aussi élevé, et leur richesse atteint aujourd’hui un niveau record. En parallèle, les personnes démunies le sont de plus en plus ».

En revanche, après avoir élucider les causes de ces inégalités des solutions ont été données. Cela se passe par des fiscalités plus progressistes, c’est-à-dire qui mettent davantage à contribution ceux qui ont le plus de fortunes. De telles alternatives ne peuvent se faire sans une volonté politique, si l’on croit au responsable Oxfam en Inde Amitabh Behar, dans un communiqué, il affirme que : « Le fossé entre riches et pauvres ne peut être résolu sans des politiques délibérées de lutte contre les inégalités. Les gouvernements doivent s’assurer que les entreprises et les riches paient leur juste parts d’impôts »

Bien vrai que les solutions proposées de part et d’autres soient appréciées par beaucoup d’humanitaires, certains restent sceptiques face à fa faisabilité des choses décrites. Force est de rappeler les propos tenus par le Cofondateur de l’ONE, une ONG de lutte contre la pauvreté, Jamie Drummond qui ne supporte plus les promesses non tenues du Forum économique mondial de Davos, d’affirmer : « En 2050, la population du continent africain sera multipliée par deux pour atteindre 2,5 milliards d’habitants. À cette date, 2 jeunes sur 5 dans le monde seront des Africains ! Si l’on ne veut pas que ce boom de la jeunesse ne se transforme en catastrophe, il faut massivement investir en Afrique et régler les problèmes de mauvaise gouvernance, de corruption, d’évasion fiscale, d’accaparement des ressources qui bloquent le développement du continent.»

  Aliou TAGOURLA (Stagiaire)

Leave a Comment