BOKIDIAWE TOUCOULEUR : La nomination d’un chef divise le village

Situé dans la région de Matam, Bokidiawé Toucouleur fait face à un problème de chefferie opposant la famille Kane à la famille Sall, depuis le décès de Baidalaye Kane. Ce dernier était à la tête de la localité  depuis de longues années. Responsabilité qu’il a  héritée  de ses parents.

Avant son rappel à Dieu, Baidalaye kane avait à coté de lui Al Ousseny Sall qui accomplissait certaines taches à son nom. Apres le décès de B. Kane, Al Ousseny Sall a voulu s’emparer  du titre de chef. Mais la famille Kane s’oppose à la question autoritaire de Ouseynou sall car c’est leur père qui était en exercice avant son décès. Voulant toujours porté la couronne,  les enfants du feu B. Kane, dirigés par leur grand frère Mamadou Bayla Kane. Ce dernier  s’autoproclame comme chef de village. Ils  veulent que le successeur de leur père soit de la famille.

Al Ousseyny Sall se dit capable de diriger le village parce qu’il était le bras droit de B. Kane avant son décès. Il affirme que son grand parent a une fois été à la tête du village.

Le ministre de l’intérieure Aly Ngouye Ndiaye, informé de la situation, ordonne au sous préfet de se rendre aux lieux afin de régler le conflit.

Le sous préfet s’est rendu à Bokidiawé pour une réunion avec les deux camps  mais aucune entente n’a été trouvée. Aucune des deux parties n’a voulu laisser la chefferie à l’autre. Le préfet décide de renvoyer les protagonistes, faute de consensus. Une autre rencontre est prévue  avec les mêmes parties et si jamais il n’y a pas d’entente, des élections seront organisées pour départager les deux camps. Selon le sous préfet.

Interpelé sur l’affaire, Hamath Ndianor un fils du village affirme que depuis de longues années la famille Kane dirigeait le village. Il poursuit en disant que les Ndianor étant les fondateurs de Bokidiawé Toucouleur ont désigné les Kane pour diriger le village. Pour finir, il dit que si les deux camps ne trouvent pas un terrain d’entente et qu’ils décident d’aller aux élections, tout fils de Bokidiawé peut demander à participer à ce scrutin peu importe l’ethnie  et que lui-même peu  présenter sa candidature.

La date de leur prochaine rencontre n’est pas encore connue.

Daouda Ngom étudiant à IMIC.

Leave a Comment