QU’EST-CE-QUI MOTIVE LE REFUS DU DG DE L’APS À DÉFÉRER À LA CONVOCATION DE LA GENDARMERIE ?

Le Directeur général de l’Agence de la Presse Sénégalaise (Aps) a refusé de déférer à la convocation de la gendarmerie après que deux agents de la boite ont déposé une plainte pour coups et blessures volontaires contre lui. Son avocat, joint au téléphone, explique les raisons pour lesquelles son client n’a pas répondu à la convocation des enquêteurs. « S’il n’a pas un privilège de juridiction, il bénéficie de certaines garanties. C’est une simple affaire de coups et blessures dont on suppose qu’elle s’est passée à l’extérieur du service dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. On ne peut pas trimbaler un Directeur général sur simple convocation parce qu’un agent prétend qu’il a un certificat médical attestant des blessures de 5 jours. Ce qui est d’un grotesque extraordinaire », a expliqué Me Khoureîchi Ba, avocat du directeur général de l’APS. Estimant que nous sommes dans un Etat de droit, il laisse entendre que son client ne peut pas déférer dans ces conditions. L’avocat demande que la convocation soit régularisée, d’abord. « La convocation doit passer par les autorités supérieures en l’occurrence par le ministère de tutelle. C’est un minimum. C’est un directeur général qui est nommé par décret présidentiel. En plus, la plainte émane de personnes licenciées pour avoir tenu tête au Directeur. Ce, parce que remplacées, elles n’ont pas voulu lui donner acte de son pouvoir de nomination et de révocation. Elles ont bloqué le service pendant un mois. Ce sont elles qui devraient se retrouver au ban des accusés. Elles font beaucoup de bruit et de saupoudrage mais à l’arrivée il y a aura beaucoup de surprises », a indiqué que l’avocat, renseignant que son client n’est pas pressé. Il prend tout son temps.

Il a, dans le même sillage, battu en brèche l’information selon laquelle le Directeur de l’APS a déposé une plainte contre les deux dames. « Il n’y pas encore de plainte », a précisé Me Ba.

Leave a Comment