Thierno LÔ : « La libération de Guy Marius SAGNA est une avancée démocratique… »

La libération de Guy Marius continue toujours d’alimenter les débats au Sénégal. Invité sur MTV, le Pca de Sen/Ter, Thierno Lo a donné son avis sur la question.

Le Président de l’Alliance pour la Paix (APD) qui a une vision différente de ses paires politiciens considère « tout çà comme une avancée démocratique car dans un pays, on n’a pas besoin d’unanimisme, de consensus, il nous faut juste savoir ce que les autres pensent. »

Et selon lui « le fait d’avoir des groupes qui revendiquent et disent non c’est très bien pour la démocratie ».

Thierno Lo estime qu’il faut « encourager et à aider les sénégalais à s’exprimer et à manifester leur désaccord parce qu’il faut des contres pouvoirs. Mais aussi ces sénégalais qui manifestent doivent savoir et connaître leurs limites, car ma liberté s’arrête là où commence celle des autres.

Et que ce pays doit être régi par des textes qu’il faut respecter ce qui vous donne le droit de manifester et c’est aussi la même chose qui vous interdit de faire la même chose. »

S’exprimant sur la libération de l’activiste de Frapp/France Dégage, le Pca de Sen/Ter « trouve aussi que là c’est le pouvoir judiciaire qui a pris sa décision en toute liberté de libérer Guy Marius. Et je suis tout à fait content de cet acte parce que je n’aime pas que des gens soient mis en prison ».

Mais par ailleurs il estime que « s’il y a des entraves, quand vous déraillez comme quand vous dépassez des limites, là la justice doit jouer son rôle et c’est comme çà qu’elle doit fonctionner car c’est droit et devoir.

Maintenant qu’il soit libéré, je salue pour que d’autres sénégalais puissent revendiquer dans les règles et éviter d’aller en prison » précise-t-il.

« Parce que je n’aime pas que les gens aillent en prison, je veux une démocratie saine où les gens ont la possibilité d’être sur les plateaux de télévisions, avoir un débat contradictoire, que les gens puissent marcher. Parce que même un seul élément qui se met devant le palais présidentiel pour revendiquer.

On a besoin de le tirer et de l’écouter parce que c’est lui qui a mandaté le Président de la République. Et le Président de la République est le serviteur de toute voix qui se présente au niveau du palais ou qui marche pour dire que je ne suis pas d’accord.

Il faut lui dire pourquoi vous n’êtes pas d’accord et qu’est-ce-que nous pouvons faire pour vous ?

C’est comme çà que le Sénégal doit pouvoir fonctionner et c’est comme çà que je vois les choses. » Conclut-il sur la question.

Aliou Ngom, Faly Dieng et Aminata Hann étudiants en journalisme à IMIC Dakar

Leave a Comment