Guerre contre le coronavirus: Ces génies sénégalais au front

Professeur Moussa SEYDI,

L’enseignant chercheur, professeur titulaire de la Chaire Maladies infectieuses de la Faculté de médecine de pharmacie et d’odontostomatologie de Dakar est le Chef du service des maladies infectieuses du Centre hospitalier national universitaire de Fann. Cet expert dans son domaine s’est fait connaître au grand public grâce à sa diligence qui avait sauvé notre pays lors de l’épidémie à virus Ebola qui avait touché en 2016 une partie de l’Afrique de l’Ouest. Le premier centre de traitement des malades du Covid-19. En somme, lui et ses hommes sont les soldats de la ligne de front dans la guerre contre le Coronavirus. Pr Seydi est le coordonnateur technique du Centre régional de recherche et de formation de Dakar, Président de la Société africaine de pathologies infectieuses, membre du Conseil d’administration de la Société sénégalaise de gastro-entéro-hépatologie du Sénégal et de l’Association européenne des études sur le foie  « European association for the study of liver ».

Au plus fort de la polémique sur l’utilisation de la chloroquine pour le traitement des malades du Covid-19, il n’avait pas hésité à prendre ses responsabilités mettant son professionnalisme et son expérience en bandoulière « J’ai essayé l’hydroxychloroquinepour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il y a les résultats préliminaires du professeur Raoult sur un petit nombre de patients. Parce que nous sommes en situation d’urgence sanitaire mondiale. Parce que nous avons besoin de traiter les patients très vite, pour libérer des places et prendre en charge d’autres patients. Le rapport bénéfice-risque était en faveur du bénéfice. C’est pour cela que nous avons commencé à traiter nos patients avec l’hydroxychloroquine, en ayant quand même la précaution de demander leur consentement préalable… Quand nous avons démarré le traitement chez nos patients, nous avons constaté que la charge virale baissait beaucoup plus rapidement. Maintenant, c’est juste un traitement que nous donnons aux malades, après consentement. Nous sommes ici dans une situation pratique, et plus tard, nous allons faire un traitement dans le cadre d’un projet de recherche scientifique, en respectant toutes les normes scientifiques avec l’Institut Pasteur de Dakar… », disait-il, fier de ses tests concluants.

Docteur Amadou Alpha SALL

 Il y a également Docteur Amadou Alpha Sall, Administrateur Général de la Fondation Institut Pasteur de Dakar. La structure sanitaire en « frontline » de la lutte contre le Civid-19. Sous sa férule, les fameux tests de dépistage du virus constituent la première étape dans la prise en charge des personnes malades. Dr Amadou Alpha Sall est une sommité mondiale dans son domaine, la virologie. Il est titulaire d’un doctorat en santé publique de l’université Pierre et Marie Curie de France. Mais a poursuivi sa formation en Angleterre à l’Institut de virologie et de microbiologie de l’environnement d’Oxford  et aux Etats Unis d’Amérique où il a fréquenté le Centre de recherches sur les maladies tropicales de l’Université du Texas, à Galveston et la faculté de Médecine Albert Einstein de la Yeshiva University de New York.

Sur le plan professionnel, Docteur Sall a dirigé le laboratoire des hépatites virales de l’Institut Pasteur Cambodge. A été chef du laboratoire de virologie moléculaire, chef de l’unité Arbovirus et Fièvre hémorragique virales et directeur du centre collaborateur de l’OMS, chef du pôle de virologie et directeur scientifique. Il a été chef de l’équipe de l’Institut Pasteur de Dakar qui a déployé un laboratoire mobile en Guinée (2014-2016) pour lutter contre l’épidémie de maladie à virus Ebola. Chef de l’équipe de Dakar qui a été déployé à Sao Paulo (Brésil), à Cuernavaca (Mexique) et au Cap-Vert pour lutter contre l’épidémie à virus Zika à la demande de ces gouvernements.

Le Dr Amadou Alpha Sall est membre du conseil d’administration du réseau mondial d’alerte et réponse aux épidémies. Ce chercheur hors-pair n’a jamais quitté les amphithéâtres. Il a enseigné à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, à l’Université de Columbia à New York, à l’Institut Pasteur de Paris, à l’Institut Pasteur Montevideo, à l’Université de Sao Paulo, à l’Université de Hong Kong, à l’Université nationale autonome du Mexique, à l’Institut Pasteur de Shanghai, à l’Université McGill au Canada et à la Fondation Mérieux.

Professeur Souleymane MBOUP

Professeur Souleymane Mbouppatron del’Institut de recherche en santé de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) est lui aussi au cœur de la guerre contre le virus qui bouleverse le monde. L’institut qu’il dirige a été impliqué par les autorités sanitaires du pays dans la riposte contre le Covid-19. Pr Mboup est né le 2 juin 1951 à Dakar. C’est un pharmacien colonel de l’Armée sénégalaise. Lui et son équipe de l’hôpital Le Dantec de Dakar ont été les premiers à décrire en 1985 le VIH-2, une forme du VIH touchant essentiellement la population de l’Afrique de l’Ouest.

Il a fait ses études dans la capitale sénégalaise avant de s’envoler, en 1976,  pour la France où il obtient un Doctorat de l’Institut Pasteur en 1981 et un Doctorat en Bactériologie Virologie en 1983 à l’Université de Tours. Il est l’auteur de plus de 300 articles et de 18 livres, portant notamment sur les maladies infectieuses, la méningite et le Sida. C’est sur lui que s’est appuyé le gouvernement du Sénégal pour lancer, dans les années 80,  son programme de prévention contre le Sida. Ce qui lui a permis de contenir la propagation de la maladie et de disposer de l’un des taux de prévalence les moins élevés au monde (environ 0,7%).

Docteur Abdoulaye BOUSSO

Toujours visible aux côtés du ministre Abdoulaye Diouf Sarr au cours des points de situation sur l’évolution journalière de la pandémie dans notre pays, le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous), Docteur Abdoulaye Bousso est un expert en gestion des urgences et catastrophes sanitaires. Il est aussi expert auprès l’OMS pour le « Règlement Sanitaire International » et pour le développement des centres d’opération d’urgence de santé publique. Il est diplômé en médecine, en gestion des catastrophes, en chirurgie orthopédique et traumatologique, et en gestion et finances publiques. Le Dr Bousso est également un humanitaire, membre de Médecins Sans Frontières France et a eu à exercer sur différents théâtres d’opérations notamment au Nigeria, en Côte d’Ivoire et à Haïti. Il a occupé plusieurs fonctions au Sénégal en tant que conseiller technique auprès du ministre de la Santé, Secrétaire général/vice-président du conseil de l’Ordre des Médecins et secrétaire général du syndicat autonome des médecins sénégalais.

Aux côtés de ces sommités internationales avec leurs compétences avérées et leur détermination insondable, s’activent au jour le jour, des milliers de Sénégalais anonymes, personnels du système sanitaire dont la bravoure et l’abnégation n’ont pas de prix.

Leave a Comment