Le Sénégal après 60 jours avec le coronavirus :C’est l’Etat d’urgence et le couvre-feu qu’il faut confiner et non le Sénégal !

Et si Docteurs Adama FAYE, Alboury NDIAYE, Khadim Bamba DIAGNE et Khadim NGOM avaient raison ?

Le pilotage répressif de la lutte contre la propagation du coronavirus avec l’Etat d’urgence assorti d’un couvre-feu et autres mesures punitives, n’est manifestement pas la bonne approche.

En atteste la fulgurante progression des cas positifs depuis le 23 mars 2020 malgré l’entrée en vigueur des mesures interdisant les déplacements et rassemblements.

Par ailleurs, les restrictions sur toute l’étendue du territoire national n’a pas empêché le Sénégal de figurer parmi les dix pays africains qui sont les plus impactés et qui connaissent la plus forte progression du covid-19.

Contrairement au Sénégal, si la France avait, en 60 jours, des cas positifs en valeur relative de 0,006% de sa population, une létalité moins élevée que la mortalité routières avec neuf décès, elle ne se hasarderait point à déclarer l’Etat d’urgence assorti d’un couvre feu. Elle ne confinerait pas non plus sa population de 20 heures à 06 heures du matin. Elle n’interdirait ni les déplacements interurbains encore moins les vols internationaux. Aucune de ses frontières terrestres ou aériennes ne serait fermée.

Hélas, le gouvernement du Sénégal dans un mimétisme que rien ne justifie, s’est engagé dans une féroce répression inappropriée pour faire plus peur au lieu d’éradiquer le COVID-19.
Il s’agit d’un projet d’expérimentation de la capacité du Président Macky Sall de:

1. contrôler la population (fermetures des lieux de cultes, répression, prison, hélicoptères de gendarmeries, chars de combats, communications),
2. soumettre l’assemblée nationale, les institutions de la République, la société civile, les collectivités territoriales, les administrations, les forces de défense et de sécurité,
3. museler les médias, partis politiques, syndicats et société civile (au nom de l’union nationale face à «la guerre patriotique» contre le coronavirus).

En réalité, en terme de moyens pour lutter effectivement contre la propagation de la maladie, le gouvernement sénégalais n’a, jusqu’à présent, dépensé un seul franc de Cfa des 1000 milliards Fcfa du Force Covid-19 pour protéger les populations avec la mise à disposition de lave-mains, désinfectants hydro alcooliques et masques.

OUI Docteur Adama Faye, Alboury Ndiaye, Khadim Bamba Diagne, Khadim Ngom ont a bel et bien raison lorsqu’ils plaident la sortie de l’Etat d’urgence, du couvre-feu, du confinement partiel, de la fermeture des Ecoles, Daras, Mosquées, Eglises et Bois Sacrés.

En tout état de cause, contre cette maladie d’origine virale, sans vaccin, ni médicament, seul le port généralisé et obligatoire du masque reste le moyen le plus sûr pour protéger les populations, maîtriser l’expansion du virus et limiter les impacts sanitaires, sociaux et économiques du covid-19.

Avec la généralisation et l’obligation du confinement mobile individuel c’est-à-dire le port du masque, en plus du respect des recommandations sur les gestes et mesures barrières, il est à la portée des Sénégalais d’atténuer voire couper, sereinement, la chaine de transmission du covid-19 et de reprendre la vie normale.

Leave a Comment